Catégories
Revue de presse

ESAT

Stéphane Hanquet, un malentendant devenu consultant, anime un atelier autour de la surdité. S’il parle « “grâce à un travail d’orthophonie”, l’animateur d’un jour explique aux participants le comportement à adopter avec un colla- borateur sourd : « Il faut bien le placer dans son environnement, ne pas se pla- cer en contre-jour quand on lui parle, qu’il puisse lire sur les lèvres. Évitez également d’arriver dans son dos, cela fait sursauter… Il ne faut pas s’inquié- ter qu’une personne malentendante, notamment appareillée, prenne du recul et se ressource de temps en temps. C’est épuisant d’être concentrée en per- manence, de suivre les réunions et les conversations », détaille Stéphane, qui révèle également les manières différen- tes de prononcer Carrefour (dont les employés participaient aux ateliers) en langue des signes, à Paris et Dijon. En France, cinq à six millions de person- nes sont malentendantes. La langue des signes est reconnue comme langue vivante à part entière depuis seulement dix ans, grâce à la loi du 11 février 2005.

esat-beaune-ateliers—culinaires
Stéphane Hanquet (à g.) communique en langue des signes. Photo M. D.

Source : www.bienpublic.com